soleil rasant dolmen de la métairie haute

La métairie haute

Il s’agit d’un lieu fréquenté par l’homme en des temps très anciens. Le dolmen situé à l’angle de la propriété en témoigne.

Cette tombe (IIIe millénaire avant notre ère) ainsi que bon nombre de dolmens dans les alentours, atteste que les hommes avaient choisi de vivre ici.

On peut imaginer tout un cycle de vie depuis la préhistoire, en passant par le Moyen-âge jusqu’au XVIIIe siècle où l’on trouve trace manuscrite de la Métairie Haute.

La carte de Cassini (1750) la mentionne sous l’appellation « Borie Haute ».

Le terme « Borie » désignait en langue d’oc un domaine agricole, une ferme. Puis le terme de « Borie » a été remplacé par « Métairie » quand le domaine n’a plus été exploité directement mais confié à des métayers.

Que faisait-on à la Métairie Haute ?

Des céréales : les grandes pierres plates devant la grange témoignent que l’on y battait le grain.

Du tabac : les cordes accrochées aux poutres de la grange disent que l’on y faisait sécher les feuilles de tabac.

De l’élevage de brebis : en cherchant bien dans les restes de murs en pierres sèches envahis par la forêt, un abri de berger témoigne des longues journées passées à surveiller les brebis.

L’étable, les ruines de l’écurie évoquent la place des animaux dans la vie de la ferme.

1955 naissance d’une forêt

A la mort du dernier métayer, en 1955 le Conseil Général acquiert le domaine dans le but d’effectuer une opération pilote de reboisement afin de produire du bois d’œuvre et d’accueillir du public.

La Métairie Haute aujourd’hui

Depuis 2009, la Métairie Haute est redevenue un domaine privé.

De gros travaux de réhabilitation sont en cours pour aménager une ruine en atelier de transformation.

ce lieu permettra à Junie et Rémi ainsi qu'à nous même d'élaborer sur place les produits de la Métairie Haute.

 

La plantation de conifères s’est métamorphosée en une vraie forêt vivante, les chevreuils, les geais, les écureuils,les chouettes,  toute une faune a investi les lieux.

Les habitants de la forêt nous accueillent si nous savons les écouter, les observer en toute discrétion.